800 ans d'histoire...


Blason de Bernard de Montfort   --    Blason de la maison des Maulmont
Blason de Bernard de Montfort -- Blason de la maison des Maulmont

  Le Moyen Age

  • Le  château fut érigé au XIème siecle (vers 1075) par Bernard de Montfort, issu d'une famille noble proche des ducs de Bourgogne. Vers 1289, le château est reconstruit par Géraud de Maulmont chanoine et archidiacre de Limoges, conseiller du roi de France Philippe IV le Bel. A la mort de celui-ci en 1299, le château revient à ses neveux comme l'atteste un dénombrement de fiefs en 1315. 
Pierre de Bauffremont, velin de 1473
Pierre de Bauffremont, velin de 1473
  • Après cette première periode,  l'Histoire du château se perd. Deux historiens du XIXème (Courtépéée et Maillard de Chambur) nous indiquent que le château serait revenu en dote à Jeanne de Vergy qui épouse en 1340  Geoffroy Ier de Charny.
  • Geoffroy II de Charny époux de Marguerite de Poitiers reprend à la mort de son père en 1356, les domaines de sa  famille. Leur fille Marguerite épouse en 1400 Jean de Bauffremont qui décède à la bataille d'Azincourt en 1415.
  •  C'est son neveu Pierre de Bauffremont qui hérite du château de Montfort, et épouse en 1447 Marie de Bourgogne. Leur fille Antoinette reprend  à la mort de son père en 1472, sans doute les propriétés de ses parents. Elle se marie avec  Antoine de Luxembourg. 

La Renaissance  

  • La fille d'Antoine de Luxembourg, Philiberte s'unit avec Jean de Chalon prince d'Orange. Mais, après la mort de Jean de Chalon, Philibert son fils refuse de rendre hommage au roi de France François Ier, pour sa principauté d'Orange et se met au service de Charles Quint. Tous ses biens français sont mis sous séquestre par François Ier à partir de 1521,dont le château de Montfort . Philibert de Chalon fut tué aux portes de Florence le 5 Août 1530.
  •   En 1530, René de Nassau hérite des biens de son oncle, à la condition qu'il porte le nom de Chalon.  Favori de Charles Quint il décède lors du siège de Saint Dizier le 17 Juillet 1544. Ce dernier lègue tous ses biens à son cousin Guillaume Ier d'Orange-Nassau dit le Taciturne, qui à l'age de 11 ans se retrouve à la tête d'une immence fortune.
  •   Le 19 mai 1547, Guillaume d'Orange Nassau obtient la levée des séquestres sur le château. Sa fille, Emélia d'Orange-Nassau (Amélie) après une succession difficile avec ses sœurs, obtient le château (1627) où elle entreprend d’importants travaux de réhabilitations. Elle déclare dans son testament avoir relevé le château d'une 'ruine totale"... Son Fils Frédéric Louis hérite de ses biens et par la même du château. 

XVIIe et XVIIIe siècles

 

 Le 14 février 1688, les deux petites filles d'Amélie d'Orange-Nassau vendent le château de Montfort pour 62 000 livres à François Michel Le Tellier Marquis de Louvois, secrétaire d'état de la guerre de Louis XIV.

  •   En 1691, à la mort de Louvois son fils Louis François Marie Le Tellier marquis de Barbezieux lui succède. Puis en 1701 sa fille Marie Magdelaine épouse du Duc d'Harcourt hérite du château et des terres de Montfort.
  • Le 31 mai 1731, le duc et la duchesse d'Harcourt revendent ensuite la baronnie de Montfort à Frédéric de La Forest pour 100 000 livres. Seuls seigneurs qui auront fait du château leur résidence principale.  Après la mort de la dernière Baronne de Montfort en 1774 le château ne trouva aucun acquereur malgré deux mises en vente successives... 
Le château en 1759
Le château en 1759

Du XIXe siècle à nos jours

 

Le 18 août 1817, une descendante de la famille de La Forest cède le château, pour seulement 1 200 francs à Jean Baptise Lefaivre, ancien domestique du château.

Dès lors, seules les terres du domaine seront exploitées, alors que le  château tombe en ruines dans l’indifférence la plus totale.

  • Marius Gaure, instituteur à Montigny-Montfort fait inscrire le château à l'inventaire suplémentaire des monuments Historique en 1925.
  • Au cours des années 1970 Mlle Rossano, professeur d'histoire,  travaille aux premiers dégagements du château avec ses étudiants.
  • En 1985, les ruines du château sont rachetées par Jean-Marie Fériès et son épouse qui entreprennent leurs réhabilitations, encouragés par Monique et Marial Martin copropriétaires.
  • En 1996, l'association MONS FORTI prit la relève de M. et Mme Fériès.
  • Le 23 Décembre 2011, Mme Fériès donne le château à la commune de Montigny-Montfort pour l'€uro symbolique.

L'Histoire du Saint Suaire à Montfort

Négatif de Seconda Pia, 1898
Négatif de Seconda Pia, 1898

Tous les historiens s’accordent à dire que l’histoire « moderne » de cette relique commence au château de Montfort, détenu alors par la famille de Vergy.

 

Cette famille serait entrée en possession de la relique grâce à Othon de la Roche, croisé bourguignon de la quatrième croisade, qui l'aurait prise lors de la mise à sac de Constantinople en 1204. L’existence de cette relique reste secrète dans cette famille jusqu’au milieu du XIVe siècle. L'arrière-petite-fille d'Othon de la Roche, Jeanne de Vergy, épouse Geoffroi de Charny en 1340.

Geoffroy de Charny fait le vœu d’édifier une collégiale et d’y déposer le suaire en remerciement à la Sainte Triné, à laquelle il attribuait la réussite de son évasion des prisons anglaises. La collégiale est achevée en 1353, Geoffroy de Charny meurt à la bataille de Poitiers (16 septembre 1356), le linceul est déposé par son fils à Lirey (Aube) en 1357 .

Enseigne du pèlerinage de Lirey du XIVème siècle
Enseigne du pèlerinage de Lirey du XIVème siècle

Le linceul demeure à Lirey jusqu'en 1360. Mais, l'évêque de Troyes Henri de Poitiers interdit les ostentations, considérant que le linceul doit être faux. Jeanne de Vergy prend peur et met alors le linceul en sécurité dans son château fortifié de Montfort, il y restera 28 ans jusqu'à son décès en 1388. Son fils redonne la relique en 1389 aux chanoines de Lirey. Craignant à nouveau pour la conservation du linceul, pendant la Guerre de Cent Ans les chanoines de Lirey, le confient en 1418 à Marguerite de Charny, petite-fille de Geoffroy de Charny qui le plaça à nouveau dans son château de Montfort.

Puis la relique est conservée à Saint-Hippolyte (Doubs), un des fiefs de son mari, Humbert de Villersexel.

 

toile-de-gianbattista-delle-rovere
toile-de-gianbattista-delle-rovere

À la mort d'Humbert de Villersexel en 1438, les chanoines de Lirey se pourvurent en justice pour forcer son épouse à restituer la relique, mais celle-ci refusa et exposa le linceul à chacun de ses voyages notamment à Liège, Genève, Annecy, Paris, Bourg-en-Bresse, Nice...

Le 13 septembre 1452, elle échange la relique à Anne de Lusignan, épouse du duc Louis 1er de Savoie, contre le château de Varambon. Le Linceul est dès lors conservé dans une nouvelle église, la Sainte-Chapelle de Chambéry, élevée à la dignité de collégiale par le pape Paul II. En 1464, le duc accepte de verser une rente aux chanoines de Lirey contre l'abandon des poursuites. Quant à Marguerite de Charny, elle décède le 7 octobre 1460 "excommuniée au delà de la mort".

 

Depuis 1578, le Saint Suaire se trouve à Turin, où les ducs de Savoie ont transféré leur capitale en 1562.