Bienvenue, la visite commence...


Le château se situe à l'extrémité Nord d'un plateau rocheux à 317 mètres d'altitude qui domine le confluent des trois vallées du Dandarge, de la Ronce et de la Louère.  La pente assez abrupte par laquelle se termine le plateau des côtés Ouest, Nord et Est, constitue une défense naturelle, renforcée par une muraille qui s'appuie sur les rochers.

 

Vue sur le plateau de Montfort
Vue sur le plateau de Montfort

Fossé Sud d'entrée et colombier
Fossé Sud d'entrée et colombier

La basse-cour

On accède au château du côté Sud par une vaste basse-cour ceinte d'une muraille percée d'archères et flanquée de tours semi-circulaires ouvertes à la gorge. Dans l'angle Sud Ouest, une tour ronde couverte plus importante, fût dégagée en 2004 et servait de colombier. La muraille Sud qui fait face au plateau est bordée par un fossé de chaque côté de l'entrée qui était défendue par deux petites tours en cours de restauration. 

 

Dans  la basse-cour subsistent les fondations des communs dont l'eau des toits était recueillie dans une citerne couverte d'une voûte entièrement restaurée en 2008-2009. 

Base d'une des tours d'entrée du château
Base d'une des tours d'entrée du château

On parvient au château par l'extrémité Nord de la basse-cour en franchissant un seuil encadré de deux petites tours formant guichet.

Le château est composé d'un ensemble de bâtiments disposés de part et d'autre d'une cour intérieure. Les murs des bâtiments périphériques constituent ainsi les murs extérieurs du château sur ses quatre faces.                                                                                                                                                                  

      

Le château et sa basse-cour, hypothèse de restitution
Le château et sa basse-cour, hypothèse de restitution

La façade

La façade Sud constitue l'essentiel des restes du château. La mieux organisée pour la défense puisque, faisant face au plateau, elle était la plus vulnérable.

Cette façade est constituée de trois tours présentant à l'assaillant des demi octogones. Deux tours, celle de l'Ouest et celle du centre sont reliées par une courtine de même hauteur, la tour centrale et la tour de l'Est qui encadrent la porte d'entrée étaient reliées par un mâchicoulis sur arc dont il ne reste plus que l'empreinte et les voussoirs de départ de l'arc. Le tout était surmonté d'un chemin de ronde couvert que nous montre des lithographies de l'époque où la ruine était moins avancée.

Un des aspects de la salle-musée du rez de chaussée de la Tour
Un des aspects de la salle-musée du rez de chaussée de la Tour

Les trois tours comportaient deux étages au dessus du rez-de-chaussée, soit sous voûte à croisée d'ogives, soit sous voûte plein cintre, le tout surmonté du chemin de ronde couvert.

La plus grande tour à l'Ouest dite tour Amélie possède deux salles et un cul-de-basse-fosse accessible par une trappe. La salle du rez de chaussé a été entièrement restaurée et accessible aux visiteurs.

Dans l'épaisseur de la courtine Sud, une gaine équipée de trois archères permettait, en passant par la salle du deuxième étage de la tour Centrale, d'accéder au mâchicoulis qui surplombait l'entrée ; une autre gaine existait dans la courtine Ouest aujourd'hui détruite.

 

La tour de l'Est faisait corps avec toute l'aile Ouest qui constituait la véritable résidence des seigneurs. On trouvait en allant vers le Nord, une salle sous voûte à deux croisées d'ogives surmontée de la chapelle également sous croisées d'ogives, une salle à manger, des chambres, le tout sur deux étages reposant sur des magasins en rez-de-chaussée. Cette aile est aujourd'hui complètement détruite, mais on y trouve encore la trace de latrines sur deux niveaux et, en sous-sol, une casemate et des meurtrières.

 

Dans la cour, à proximité de cette aile, se trouve un puits de 28 mètres de profondeur et  encore alimenté en eau.

L'entrée du château
L'entrée du château

La façade est précédée d'un large et profond fossé creusé entre les rochers qui constitue l'essentiel de l'escarpe et de la contrescarpe. Un passage fixe traverse le fossé, mais il devait s'interrompre peu avant l'entrée et être prolongé par un pont mobile manoeuvrable vraissemblablement à partie du mâchicoulis; ce pont mobile venait obturer l'entrée en s'encastrant dans la feuillure de la porte.

Une fois le porche franchi, on peut voir toute la disposition intérieure du bâtiment s'appuyant sur la courtine :

 

  - Au rez-de-chaussée, la salle de garde était sous deux rangées de quatre voûtes sur croisées d'ogives s'appuyant sur trois piliers médians dont il reste encore l'embase et une partie de la colonne;

 

  - Au premier étage, la salle seigneuriale surmontée d'un plafond en bois en forme de voûte, de très grande hauteur, s'appuyant sur d'énormes poutres dont on aperçoit les encastrements;

 

  - Au deuxième étage, un très grand grenier dont la porte d'entrée donne maintenant dans le vide.


L'aile Nord

Ruines de la partie Nord du château
Ruines de la partie Nord du château

Au Nord-Ouest, un bâtiment s'appuyait sur une grande partie de la courtine. Seules les structures de son sous-sol sont encore apparentes et montrent un magasin sous deux rangées de huit voûtes d'arêtes soutenues par sept piliers. Cette aile se prolongeait vers le Nord par une tour dont seule la base subsiste.  

Le château coté Nord, hypothèse de restitution
Le château coté Nord, hypothèse de restitution